Situation confuse avant la réunion du « concile d’unification » qui doit se tenir à Kiev le 15 décembre

1272

Dans le monde orthodoxe, tous attendent avec espoir ou inquiétude la réunion du concile d’unification qui se tiendra samedi prochain à Kiev. Chaque jour, des informations, parfois contradictoires, viennent rendre toujours plus complexe une situation déjà bien confuse. Lundi dernier, nous en avons eu un bon exemple. Le matin, Philarète, le chef de l’Église orthodoxe ukrainienne, Patriarcat de Kiev (EOU-PK), a été interviewé par la chaîne de télévision ukrainienne TSN alors qu’il quittait la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev. Philarère a déclaré que les deux principales questions qui opposent maintenant l’EOU-PK et le Patriarcat œcuménique sont l’insistance de ce dernier pour que les prêtres et les laïcs puissent participer au concile en plus des évêques, les votes se faisant à bulletins secrets. Par contre, l’EOU-PK souhaite pour que seuls les évêques puissent voter et que le vote ne se fasse pas à bulletins secrets. En ce qui concerne ces deux points, Philarète a indiqué qu’il n’y aurait aucune concession de sa part. Il a notamment déclaré : « Le Patriarcat de Kiev est la plus grande Église. Et c’est à nous de décider si nous accepterons ce qu’on nous demande, ou si ne l’accepterons pas. Si cela nous est bénéfique, nous accepterons. Si ce n’est pas bénéfique pour nous, que ce soit pour l’État ou pour l’Église, nous ne voterons tout simplement pas, nous rejetterons la proposition ». Le site grec Romfea.gr va jusqu’à dire que cette « bombe » « met le feu aux fondations » du concile. Quelques jours plus tôt également, Philarète avait déclaré : « Je serai patriarche jusqu’à la mort ». Cependant, plus tard dans la même journée, Monseigneur Eustrate (Zorya), archevêque de Tchernigov et Nezhin (EOU-PK), a fait un commentaire « officiel » beaucoup plus conciliant qui a été publié sur le site officiel de l’archevêque Eustrate, qui est le chef du service de l’information et secrétaire du Saint-Synode de l’EOU-PK : 1) Le Patriarcat de Kiev se prépare au concile et a l’intention d’y participer.  2) Avec la bénédiction de Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée, les évêques, le clergé, les moines et les laïcs participeront aux travaux du concile. 3) La présence de propositions du Patriarcat de Kiev concernant le règlement du concile ou la procédure d’élection du primat ne signifie pas qu’il n’y aura pas, en fin de compte, d’accord sur une vision commune. En tant que membres du concile, nous avons évidemment le droit de faire nos propositions, de les défendre et de les soutenir. Il ressort du deuxième paragraphe que l’EOU-PK est d’accord avec la position du Patriarcat œcuménique selon laquelle les prêtres, les moines et les laïcs peuvent participer au concile.

Quelques précisions et rappels peuvent être utiles afin de mieux comprendre la situation. Nous savons que la lettre du patriarche œcuménique aux évêques ukrainiens précisait que chacun d’eux devait se faire accompagner au concile par un prêtre et un moine ou un laïc et que chacun des trois avait le droit de vote. Plus tard, le 6 décembre, le Saint-Synode de l’EOU-PK a adopté une résolution selon laquelle seuls les évêques ukrainiens devraient pouvoir voter et que les résultats seraient déterminés par un scrutin « ouvert ». Dimanche dernier, Andréas Loudaros, le directeur du site orthodoxia.info, a reproché à Philarète d’avoir insisté pour que le vote soit ouvert aux seuls évêques afin de s’assurer que les positions de Philarète soient prises en compte lors des élections. En supposant que la majorité des évêques de l’Église orthodoxe ukrainienne, Patriarcat de Moscou ne viendront pas au concile, il est clair que les quelque quarante évêques de l’EOU-PK constitueront la majorité des évêques qui seront au concile. On peut donc envisager qu’une stratégie soit mise en place pour que Philarète obtienne un accord lors du concile des évêques de l’EOU-PK du 13 décembre afin que tous les évêques votent pour un candidat choisi pour le poste de Primat. Si le vote au concile de réunification n’est pas secret, il est peu probable qu’un de ces évêques de l’EOU-PK puisse voter publiquement pour un autre candidat. Si les électeurs au concile d’unification comprennent également des prêtres, des moines et des laïcs et que tous les votes se déroulent par bulletin secret, il sera beaucoup plus difficile pour Philarète de contrôler qui a voté pour qui.De nombreux observateurs pensent que le Patriarcat œcuménique ne souhaite pas que le concile d’unification soit dominé par l’EOU-PK, et qu’il soit plutôt en faveur de l’élection d’un Primat qui ne soit pas un évêque issu de l’EOU-PK. Les autres Églises orthodoxes locales seraient sans doute plus disposées à reconnaître et à fréquenter un Primat qui n’a pas été membre d’une Église schismatique. Il y a aussi un autre problème qui se pose, celui de la reconnaissance des ordinations épiscopales. Par exemple, l’archevêque Eustrate, qui n’a que 41 ans, et que Philarète semble favoriser, a reçu son ordination sacerdotale et épiscopale, dans l’EOU-PK. La validité de son ordination dépend donc de la reconnaissance des ordinations épiscopales effectuées par Philarète. Certaines Églises locales orthodoxes, comme par exemple le Patriarcat de Serbie, qui contestent la réhabilitation de Philarète par Constantinople, pourraient dire qu’Eustrate n’est pas véritablement un évêque. Il y aurait moins de problèmes si le primat était un évêque de l’Église orthodoxe ukrainienne, Patriarcat de Moscou, ou l’un des deux exarques, ou même un candidat extérieur ou un moine qui n’est pas un évêque. Si un archimandrite était élu Primat, il recevrait probablement son ordination épiscopale par les évêques du Patriarcat œcuménique après son élection, ce qui éviterait d’éventuelles contestations.

En début de semaine, une interview du métropolite Macaire, chef de l’Église orthodoxe autocéphale ukrainienne (EOAU), a été publiée. Il a déclaré qu’une quinzaine d’évêques de l’EOAU assisteront au concile d’unification. Ces évêques se réuniront la veille du concile, le 14 décembre. Ce jour-là, ils devront aussi soumettre les noms des prêtres, des moines et des laïcs qui participeront au concile d’unification. Il ne s’attend pas à ce que quelqu’un de l’EOAU soit désigné comme Primat. De manière générale, il semble que le métropolite Macaire soit d’accord avec les mesures prises par le Patriarcat œcuménique.

This post is also available in: English (Anglais)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !