50 prêtres et moines de l’Église orthodoxe serbe se voient refuser la prolongation de leur permis de séjour et devront quitter le Monténégro

1220

L’ordre du ministère de l’Intérieur du Monténégro, par lequel est refusée la reconduite des permis de séjour à plus de 30 prêtres et moines non résidents, détenteurs de la nationalité serbe, qui exercent leur ministère dans l’un des quatre diocèses de l’Église orthodoxe serbe au Monténégro, fait partie des actes illégaux visant à persécuter le clergé et les moines de la métropole du Monténégro et du Littoral, a déclaré au quotidien serbe « Politika » l’archiprêtre Velibor Džomić, coordinateur du conseil juridique de la métropole et représentant légal de tous les prêtres et moines. « Au cours des mois précédents, nous avons reçu plus de dix décisions du ministère de l’Intérieur, par lesquelles est refusée la prolongation du permis de séjour provisoire au Monténégro afin d’y assurer les offices religieux, à nos prêtres, moines, moniales et familles de prêtre. En tout, cinquante prêtres, moines, moniales et membres des familles de prêtres, resteront sans permis de séjour au Monténégro. Trente d’entre eux doivent déjà quitter le Monténégro dans un délai d’un mois, tandis que vingt autres attendent cette mesure », a déclaré le père Velibor. Celui-ci a exprimé son étonnement pour un tel acte du ministère des Affaires étrangères du Monténégro, car au cours des deux dernières années, le permis de séjour provisoire a été accordé à ces personnes sur la base de l’exercice de leur ministère sacerdotal. « Entre-temps aucune réglementation n’a changé au Monténégro et je considère qu’un tel agissement du ministère des Affaires étrangères n’est pas motivé par des raisons juridiques, mais politiques. Je ne comprend pas pourquoi le ministère dirigé par Mevludin Nuhodžić a entrepris une telle action synchronisée, qui n’a aucun lien avec le droit et les faits », a-t-il poursuivi. L’archiprêtre Džomić déclare que l’équipe juridique de la métropole a déposé des plaintes contre ces décisions, mais chacune a été rejetée. De nouveaux recours ont été déposés devant le tribunal administratif. « Les dispositions légales ont été violées grossièrement à l’occasion de la prise de ces décisions, et la possibilité n’a pas même été donnée aux prêtres de s’expliquer et de participer à la procédure avant que la décision ne soit prise. En tant que personne connaissant cette affaire, je suis sûr et certain que le ministère a agi illégalement. Il n’y a pas de logique qui puisse expliquer que la métropole comme entité religieuse et juridique ait existé pour le ministère durant deux ans, tandis que les permis de séjour étaient approuvés, et qu’en 2018 elle n’existe plus alors que rien n’a changé » a déclaré le père Velibor. Il a appelé le ministre Nuhodžić à ramener les agissements de ses fonctionnaires « dans le cadre légal ».

Source

This post is also available in: English (Anglais)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !