L’archevêque Anastase de Tirana à propos de la situation en Ukraine : « Trois principes fondamentaux sont transgressés : la succession apostolique, la divine eucharistie et la conciliarité »
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le 29 janvier, avec la bénédiction du métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre, un groupe de pèlerins de l’Église orthodoxe d’Ukraine avec, à sa tête, l’évêque de Barychevka Victor, a rencontré le primat de l’Église orthodoxe d’Albanie Anastase. Ont participé à la rencontre : l’archiprêtre Nicolas Danilevitch, vice-président du département des affaires ecclésiastiques extérieures, V.I. Telijenko, directeur du centre de pèlerinage, des clercs et fidèles du diocèse de Khmelnitsky de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Étaient également présents les hiérarques de l’Église orthodoxe d’Albanie : le métropolite d’Amantia Nathanaël, l’évêque de Byllis Asti, des clercs et collaborateurs de l’archevêché de Tirana. L’évêque de Barychevka Victor a transmis les salutations du métropolite Onuphre à l’archevêque Anastase, et a évoqué la visite des pèlerins aux saints lieux de Serbie et du Monténégro, ainsi que la situation actuelle en Ukraine. Dans sa réponse, l’archevêque Anastase, saluant les pèlerins ukrainiens a déclaré : « Nous disons dans l’Église que nous avons un tel sentiment que ceux que nous rencontrons pour la première fois, s’ils sont membres du corps mystique du Christ, nous les connaissons déjà depuis de nombreuses années. Je le ressens précisément ainsi, parce que notre sang commun est Celui auquel nous communions chaque fois au moment de l’eucharistie, en différents lieux, depuis un seul calice. Pour cette raison, il n’y a rien de plus grand, de plus élevé, que de communier au Christ. C’est ce qui nous réunit avec tous les hommes que le Seigneur embrasse dans Son amour. Un grand merci pour les souhaits et les prières que vous m’avez transmis de mon frère, le métropolite Onuphre. Nous entretenons une correspondance avec lui. Je vous demanderai, Mgr Victor, de lui transmettre tout notre amour et notre compassion dans les épreuves par lesquelles vous passez. Je suis déjà très âgé, j’ai plus de 90 ans. Dans mes jeunes années, je suivais avec une émotion particulière l’héroïsme de nos frères en Russie, en Ukraine dans les grandes persécutions qui se sont produites le siècle passé. Nous n’avons pas compati à cela comme quelque chose qui se produisait quelque part dans un pays lointain, mais comme quelque chose qui nous concernait tous. Je le répète toujours : l’Église orthodoxe, ce n’est pas une confédération d’Églises locales, mais l’Église une, sainte, catholique et apostolique. À Athènes, où j’ai vécu, à Constantinople, Kiev, Moscou et ici à Tirana. Les Églises locales constituent l’expression de l’Église une, sainte, catholique et apostolique dans un lieu concret. Ainsi, les épreuves que traverse chaque Église locale, comme par exemple, maintenant, la vôtre, sont également nos épreuves. De même que votre joie et la nôtre sont communes. Vous vous rappelez qu’au cours des trois premiers siècles de l’histoire de l’Église, les chrétiens ont subi de grandes persécutions. Plus tard, l’adversaire, c’est-à-dire le diable, a trouvé d’autres méthodes dans son combat avec le christianisme, à savoir les schismes. Dans notre tradition, ces schismes ont été résolus par les conciles œcuméniques. Je ne répéterai pas tout ce que vous savez mieux que moi – les grandes épreuves qu’a subies l’Église d’Ukraine. Nous avons le même âge que le métropolite Philarète [Denisenko, ndt], je l’ai connu encore en ces temps où il représentait l’Église russe auprès du COE (Conseil œcuménique des Églises, ndlr), et je connais tous ces détails. Souvent, certains se mettent en avant, puis placent après eux le Christ, et cela mène ensuite aux tragédies. J’ai écrit à ce sujet. Dès le moment où il [Denisenko, ndt] a été excommunié et anathématisé, il ne pouvait plus procéder à des ordinations. L’ordination n’est pas ce que nous faisons de nous-mêmes, mais ce que nous faisons lorsque nous représentons l’Église  [lorsque nous agissons au nom de l’Église]. On ne peut dire que l’Esprit Saint descend [dans l’ordination], lorsqu’on L’a abandonné depuis longtemps. C’est pourquoi nous restons sur cette position, que vous connaissez : nous n’avons pas reconnu [l’autocéphalie ukrainienne, ndt]. Naturellement, vous vous heurtez plus directement à cette épreuve. Toutefois, je suis absolument certain que la vérité a sa dynamique. Peut-être sommes-nous inquiets que Dieu pour quelque raison ne se presse pas (sourire de l’archevêque). Il ne se hâte pas de donner tout de suite une solution. Peut-être pour qu’elles apparaissent plus clairement et que soyons mieux éprouvés. Mais la solution viendra absolument. J’en suis certain. Et je sais que le métropolite Onuphre est un homme de prière, qu’il fuit les affrontements, les tensions et qu’il remet son espoir en Dieu. J’ai eu en 2008 la possibilité de visiter Kiev. Alors, le métropolite Vladimir était encore vivant. Nous nous connaissions encore du temps de notre activité au COE. Et depuis j’ai fait connaissance directement de tous les détails [de la situation ecclésiale en Ukraine]. La seule chose que je veux vous dire : ne perdez pas espoir ! À partir du moment où nous consacrons toute notre vie au Christ, Il donnera à un certain moment la solution. Je dois vous dire ouvertement que depuis une année déjà je me sens malade, lorsque je suis ces événements. C’est-à-dire que ce n’est pas ce qui se passe quelque part au loin. Je ressens que cela me concerne. Et je sens déjà que trois principes fondamentaux pour l’Église sont transgressés : la succession apostolique, la divine eucharistie et la conciliarité. Et j’insiste sur le fait qu’en fin de compte les schismes sont surmontés par les conciles œcuméniques, non par des lettres ou autre chose. Il n’est pas nécessaire maintenant d’entrer dans les détails. Je veux vous dire que je lis avec grande attention tout ce qui nous parvient d’Ukraine. Et nous connaissons toutes les épreuves que vous subissez, et ces choses indignes qui se produisent avec vous. Dieu ne nous abandonnera pas, c’est vrai ! » L’archevêque Anastase a évoqué également l’histoire des épreuves de l’Église orthodoxe d’Albanie  à l’époque communiste, et en fait le bilan : « Je vous raconte cela comme un message d’espoir dans ces épreuves que vous subissez maintenant. On dit que Dieu peut ne pas se presser, mais qu’Il n’oublie jamais. La Résurrection n’est pas ce qui se produit après la Crucifixion. Elle est dans la Crucifixion. Il nous faut l’accepter, librement, dans l’amour absolu envers Lui et dans l’amour absolu envers les hommes. Vous ne subissez pas seulement la Croix. Dans cette Croix que vous portez maintenant se trouve la Résurrection. Et je suis certain que la foi et la piété sont plus profondes dans la douleur. De par mon expérience, je peux dire que ces gens qui n’ont pas éprouvé la douleur, ne sont pas mûrs, ils n’ont pas de foi profonde ». S’en est suivi ensuite un entretien sincère, chaleureux et spirituel entre l’archevêque Anastase et les prêtres et laïcs de la région de Khmelnitsky, dont les églises ont été saisies par les schismatiques. Un petit film a été également présenté aux pèlerins sur la renaissance de l’orthodoxie en Albanie et son avenir. Exprimant sa reconnaissance au primat de l’Église d’Albanie pour son contact ouvert et touchant, l’évêque Victor a déclaré, entre autres : « Nous ne sommes pas venus chez vous pour nous plaindre de la persécution de nos fidèles en Ukraine. Nous sommes venus partager notre joie parce que le temps est venu pour nous, lorsque le Seigneur donne la possibilité de Lui témoigner notre fidélité, la fidélité à Sa sainte Église. En ressentant votre sincérité, nous voulons aujourd’hui et sourire et pleurer joyeusement ». À l’issue de l’entretien, les pèlerins ukrainiens ont entonné le tropaire de Pâques « Le Christ est ressuscité » et ont offert à l’archevêque Anastase un tableau représentant la laure des Grottes de Kiev ainsi qu’une copie de l’icône de la Mère de Dieu de Braïlov.

Source (dont photographie)

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

22 mars (ancien calendrier) / 4 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100930

Grand Carême, dispense d’huile et de vin. Samedi de l’Acathiste. Saint Basile, prêtre à Ancyre, martyr (362-363) ; sainte Drosis fille du roi Traja...

4 avril Vivre avec l'Église 100928

Grand Carême, dispense d’huile et de vin. Samedi de l’Acathiste. Saint Joseph l’hymnographe (883) ; saint Georges du Mont Maléon dans le Péloponnès...

« Pour la vie du monde – vers un ethos social de l’Église orthodoxe » Publication d&r... À la Une 170701

Un important document vient d’être publié par le Patriarcat de Constantinople, par l’intermédiaire de l’archevêché d’Amérique. « Pour la vie du mon...

«Que ma prière devant Toi s’élève comme l’encens …» À la Une 170673

Nous vous invitons à regarder un extrait de la diffusion en direct de la Liturgie des dons présanctifiée du Mercredi de la 5e semaine du Grand Carê...

« Mystagogie du Grand Carême » Apprendre 170661

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France-Culture du 29 mars intitulée : « Mystagogie du Grand Carême« . L’invité est...

Office des matines du samedi de l’Acathiste À la Une 170650

Nous présentons ici, sous format PDF, les matines du samedi de l’Acathiste à la Très sainte Mère de Dieu, avec son canon complet, en version ...

21 mars (ancien calendrier) / 3 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100712

Grand Carême. Saint Jacques, évêque et confesseur à Constantinople (IXème s.) ; saint Birille, évêque de Catane (I-IIème s.) ; saint Lupicin, abbé ...

3 avril Vivre avec l'Église 100710

Grand Carême. Saint Nicétas le Confesseur, higoumène du monastère de Médice en Bithynie (824); saint Urbice, évêque de Clermont (IIème s.) saints m...

« Saint Maxime le Confesseur : la liberté ou la mort » Revue du Web 170639

Sur le site Philitt : une recension par Grégoire Quevreux du livre de Julija Vidovic intitulé La synergie entre la grâce divine et la volonté de l’...

Communiqué des évêques de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) concernant les éventuelles a... À la Une 170625

À la suite de leur réunion spéciale du lundi 30 mars 2020, Sa Béatitude le métropolite Tikhon et les membres du Saint-Synode des évêques de l'Églis...

Déclaration du Saint-Synode de l’Église de Grèce au sujet de la prolongation du confinement dans ... À la Une 170618

« Le Saint-Synode permanent a longuement débattu de la prolongation jusqu’au 11 avril 2020 de la décision commune des ministres de l’Instruction pu...

20 mars (ancien calendrier) / 2 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100449

Grand Carême. Les 20 Pères martyrs des Sarrasins au monastère de Saint-Sabas dont Jean, Serge et Patrice (796) ; sainte martyre Photine la Samarita...