La Corée du Nord occupe la position de « leader » dans le monde pour la persécution des chrétiens et des membres des autres confessions, bien que très peu d’informations soient disponibles à ce sujet, selon les déclarations du prêtre Dimitri Safonov, en charge des contacts inter-religieux du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. Il s’exprimait à l’occasion d’une conférence de presse, jeudi dernier. Selon les données dudit Département, 70.000 chrétiens purgeaient des peines en 2012, dans 30 camps de travail. Sur 24 millions d’habitants que compte ce pays, les chrétiens sont au nombre de 400.000. L’immense majorité d’entre eux sont des protestants de dénominations diverses. « Selon toutes les données statistiques que fournissent les différentes organisations internationales importantes, telles que « Open Doors », « Christian Solidarity Worldwide », la Corée du Nord est en tête pour l’intensité des persécutions. Malheureusement, même ces organisations soulignent qu’il y a peu d’informations. « Nous ne savons pratiquement pas, ce qui s’y passe », a précisé le prêtre Dimitri Safonov. Cela dit, il a fait remarquer que la situation en Corée du Nord est particulière, il s’agit « de persécutions contre toute dissidence ». « Ce ne sont pas spécifiquement des persécutions contre les chrétiens en tant que tels, mais contre toute pensée qui ne rentre pas dans le système : la société totalitaire anéantit toute dissidence », a déclaré le représentant du Département. Abordant la situation des chrétiens en Corée du Nord, il a souligné que l’échelle des persécutions est « naturellement très sérieuse ». L’organisation internationale de défense des chrétiens contre les persécutions « Open Doors », a déclaré que selon les conclusions de son monitoring pour l’année 2016, la Somalie, la Corée du Nord, le Nigéria, l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan, le Pakistan et le Soudan sont les pays les plus dangereux pour les chrétiens. Une escalade de l’intolérance se fait jour également en Inde. Les défenseurs des droits de l’homme mentionnent par exemple, que 400.000 chrétiens vivaient à Alep avant le début de la guerre civile en Syrie en 2011, dont seuls 60.000 sont restés. D’après le père D. Safonov, l’intensité des persécutions des chrétiens de Syrie et d’Irak par les rebelles de l’organisation de l’État islamique s’est quelque peu amoindrie par rapport aux années précédentes ». Toutefois, « c’est seulement parce que la majeure partie des chrétiens se sont enfuis, ou parce qu’ils ont été anéantis par les extrémistes ». Actuellement, les représentants de l’Église orthodoxe russe et de l’Église catholique-romaine élaborent des projets communs destinés à étudier la situation des chrétiens au Moyen Orient et dans les autres points chauds, a conclu le prêtre.

Source

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !

Partage
Article précédent30 août
Article suivant18 août (ancien calendrier) / 31 août (nouveau)

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.