25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Les reliques du père Jacques (Arsović) trouvées incorrompues au monastère de Tuman (Serbie)
Les reliques du père Jacques (Arsović) trouvées incorrompues au monastère de Tuman (Serbie)

Les reliques du père Jacques (Arsović) trouvées incorrompues au monastère de Tuman (Serbie)

Avec la bénédiction de l’évêque de Braničevo Ignace, les reliques du père Jacques (Arsović) ont été exhumées et trouvées intactes. Le père Jacques était un disciple de St Nicolas Velimirović. Né le 13 décembre 1893 dans un village près d’Ivanica, le futur père Jacques, dans le monde Radoje Arsović, a étudié en France et était titulaire de deux doctorats, dont l’un sur Blaise Pascal, qu’il avait soutenu à Montpellier. Jusqu’en 1929, il fut diplomate à l’Ambassade de Yougoslavie à Paris. Alors qu’il ne montrait jusqu’alors aucun intérêt particulier envers la vie spirituelle, il fit connaissance, en Serbie, du mouvement de prière (« Bogomoljački pokret ») dirigé par St Nicolas Velimirović. Il fit ensuite connaissance de ce dernier et cela changea toute l’orientation de sa vie. Il travailla à Ohrid et à Bitol comme missionnaire auprès de St Nicolas jusqu’en 1936, lorsque celui-ci fut nommé évêque de Žiča. Devenu moine en 1938, il vécut d’une façon très ascétique et travailla à l’imprimerie du monastère. En outre, il était connu pour son don de prédication, notamment lors des assemblées du mouvement dirigé par St Nicolas. Pendant le bombardement du monastère de Žiča, en 1941, il resta à l’église pour chanter l’office, alors que tous les autres moines s’étaient enfuis. Il continua son activité de prédication après l’arrivée au pouvoir des communistes. En 1946, ayant amené de Belgrade 8000 exemplaires du “Notre Père” et en ayant distribué aux voyageurs dans le train, il fut battu par les communistes. Recueilli par de pieux paysans, il se confessa et communia puis décéda. Il est resté vénéré dans la population locale. Les reliques exhumes ont été places maintenant dans l’église du monastère.

Sources : 1 et 2

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski