L’archevêque de Tirana Anastase, primat de l’Église orthodoxe d’Albanie a lancé l’appel suivant, pour surmonter la « polarisation » dans l’Église orthodoxe, suite à la question ukrainienne, que nous publions in extenso :

L’archevêque de Tirana Anastase lance un appel pour surmonter la « polarisation » dans l’Église orthodoxe, suite à la question ukrainienne
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Dans l’attente de la fête de la Nativité 2019-11-24

Appel – Supplication pour surmonter la polarisation ecclésiale

1. Depuis des mois maintenant, on a beaucoup parlé et écrit au sujet de la question ecclésiale ukrainienne. Ce qui est plus crucial et nécessaire, cependant, est de souligner la nécessité impérieuse de l’unité de l’Orthodoxie. S. Jean Chrysostome, exprimant l’expérience spirituelle des Pères et la tradition ecclésiale, a proclamé : « Le nom de l’Église n’est pas un nom de division, mais d’union et d’harmonie. L’Église est venue à l’existence non pour que nous soyons divisés, mais unis ». Et ailleurs : « Rien n’irrite tant Dieu que la division de l’Église » Toute action doit donc prendre sérieusement en compte cette vérité fondamentale : l’unité de l’Église passe avant tout et est au-dessus de tout.

2. Les événements ecclésiastiques de l’année passée ont créé une nouvelle réalité, avec l’immixtion manifeste d’intérêts et d’opportunismes géopolitiques. Cette nouvelle situation ne peut, directement ou indirectement, être ignorée. L’octroi de l’autocéphalie à l’Église d’Ukraine n’a pas apporté l’unité souhaitée des orthodoxes, ni la paix, comme cela s’était passé avec tous les octrois précédents d’autocéphalies. La personne centrale du problème ukrainien, le « patriarche » autoproclamé Philarète a finalement refusé le Tomos, en condamnant son contenu et son but. Les divisions se sont étendues à d’autres régions et, plus généralement, au monde orthodoxe. Parallèlement, le mystère par excellence de l’unité et du pardon – la divine Eucharistie – a été utilisée par le Patriarcat de Moscou lors de la confrontation comme moyen de pression. Des dizaines de millions d’Orthodoxes ont cessé la communion eucharistique avec le Patriarcat œcuménique, le Patriarcat d’Alexandrie et l’Église de Grèce. En outre, la question de la validité des sacres épiscopaux effectués par le « patriarche » auto-proclamé Philarète alors qu’il était excommunié et anathématisé, continue à diviser. Les résultats douloureux de cette opération sont connus à tous, non seulement dans les cercles orthodoxes, mais plus généralement dans le monde chrétien entier.

3. Actuellement, dans la plupart des Églises orthodoxes, prévaut un silence préoccupant. Les pressions politiques qui transparaissent des deux côtés heurtent l’autorité spirituelle de l’Église orthodoxe. Tandis que la mobilisation de personnes irresponsables pour invectiver ceux qui expriment des opinions différentes, flattant en même temps ceux qu’elles soutiennent, avilit le dialogue inter-orthodoxe et ce à une époque critique pour l’Orthodoxie. Certains cercles ecclésiastiques s’attendent que, peu à peu, toutes les Églises orthodoxes reconnaîtront celui qui a reçu le Tomos. Cependant, même si certaines Églises autocéphales le reconnaîtront encore, un certain nombre d’autres parmi elles ont déclaré publiquement qu’elles continueraient à maintenir leur refus. Le résultat en sera une fragmentation ethnophylétiste (entre Grecs, Slaves et ceux qui souhaitent des relations harmonieuses avec tous), qui abolira le caractère multi-ethnique et multi-culturel de l’Orthodoxie ainsi que son universalité. Le temps ne corrige pas automatiquement les schismes ecclésiastiques, ni ne les cicatrise. Au contraire, il les consolide et les approfondit.

4) Il est urgent de rechercher des voies pour surmonter la polarisation ecclésiale. Pour faire face aux différents conflits dans le monde, la première étape des mesures à prendre est la désescalade. Il est largement accepté et souvent répété au niveau international que l’on ne peut faire face aux tensions que par un dialogue sérieux. Il faut donc que l’on recherche le plus rapidement possible à reprendre la communication et à échanger des propositions constructives entre les protagonistes de la crise. Il existe dans l’Église orthodoxe des personnes qui peuvent contribuer au commencement immédiat des délibérations.

5. Il est temps que soient posées comme fondements des nouveaux efforts les vérités de la Tradition orthodoxes qui s’appuient sur la Sainte Écriture : « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur! et ne faites-vous pas ce que je dis? » (Lc 6, 46, cf. Matth. 7, 21) ; « Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent… » (Matth. 5, 44). « Remets-nous nos dettes, comme nous les remettons à nos débiteurs… «  (Matth. 6, 12).  «Vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix » (Eph. 4,3 ; cf. également Gal. 5, 15). En suivant fidèlement les commandements du Seigneur, nous discernerons de nouvelles voies pour surmonter la crise.

 6. Il y a des solutions. Dieu nous éclairera pour les déterminer. Les solutions ne seront pas atteintes, cela va de soi, par l’échange de textes provocateurs et menaçants, ni par des interventions extra-ecclésiastiques. Pas plus qu’il n’est possible qu’elles s’imposent unilatéralement et automatiquement avec le temps. Tout retard aggrave la situation déjà douloureuse. Et si « en fin de compte » et « à l’avenir », un solution quelconque est trouvée, de nombreuses pages désagréables se seront déjà acccumulées dans l’histoire de l’Orthodoxie. Le principe fondamental de la Conciliarité, dans laquelle s’est appuyé le cheminement séculaire de l’Église orthodoxe est le seul qui en fin de compte peut ouvrir une issue dans la crise présente. Rassemblés dans le Saint-Esprit, avec respect mutuel et pour but exclusif de trouver un règlement pacifique, nous avons la possibilité de parvenir à une solution acceptable pour toute l’Église orthodoxe. Plus la valorisation de la Conciliarité au niveau panorthodoxe est retardée, plus les fissures multiples dans le monde orthodoxe deviendront dangereuses. La technologie actuelle accroît le tumulte, la confusion et le trouble entre les orthodoxes et, finalement, la crédibilité de l’Orthodoxe dans le monde contemporain diminue.

7. Alors que s’approche la fête de Noël, la grande fête de la venue du Fils et Verbe de Dieu dans l’humanité, l’initiative extraordinaire du Père pour la réconciliation avec le genre humain, nous soumettons humblement notre supplication pour hâter nos pas vers la réconciliation, l’apaisement. De telle façon que nous soyons justifiés lorsque nous tous orthodoxes chantons l’hymne « Gloire à Dieu dans les hauteurs et paix sur terre, bienveillance parmi les hommes » (Lc 2, 14) Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation » ( 2 Cor. 5,18). L’initiative pour le traitement thérapeutique de la nouvelle réalité appartient indubitablement au Patriarcat œcuménique. Mais toutes les Églises autocéphales aussi, tous les Orthodoxes sans exception, ont la responsabilité de contribuer à la réconciliation. Celle-ci apportera la paix à des millions de personnes. En même temps, l’Orthodoxie confirmera sa capacité spirituelle à cicatriser les blessures, avec pour guide la Parole de Dieu et la puissance du Saint-Esprit. En confirmant que la vérité est l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique, qui a pour Chef le Christ, le Fils incarné de Dieu pour qui et par qui sont toutes choses (Hébr. 2, 10), qui nous a donné le ministère de la réconciliation (2 Cor. 5, 18).

Tirana, le 20 novembre 2019

+ Anastase, archevêque de Durrës, Tirana et de toute l’Albanie Source

Source

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

19 mai (ancien calendrier) / 1er juin (nouveau) Vivre avec l'Église 108474

19 mai (ancien calendrier) / 1er juin (nouveau) Saints Patrice, évêque de Prousse en Bithynie, avec ses compagnons : Acace, Ménandre et Polyène, pr...

1er juin Vivre avec l'Église 108472

1er juin Saint Justin le Philosophe et ses compagnons : Chariton, Charité, Evelpiste, Hiérax, Péon, Valérien et Justin, martyrs à Rome (166) ; sain...

31 mai Vivre avec l'Église 69348

7e dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Sainte Pétronille, vierge, martyre à...

Le programme académique 2020-2021 de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge À la Une 173127

Le livret 2020-2021 qui présente l’offre de cursus, de colloques et de formations en théologie orthodoxe de l’Institut Saint-Serge est ...

« Orthodoxie » (France-Culture): « Le visage intérieur » Écouter 173124

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France-Culture du 24 mai intitulée « Le visage intérieur » (rediffusion de l’émiss...

Le documentaire « Saint Mardaire – évêque sans adresse permanente » À la Une 173115

« Saint Mardaire – évêque sans adresse permanente » est un documentaire sur saint Mardaire (Uskoković) (1889-1935), premier évêque du premier...

Une église orthodoxe de Shanghai transformée en librairie Actualités 173109

Sur les murs de l’église de Saint-Nicolas, vous ne verrez pas d’iconographie traditionnelle, mais des étagères en acier pour les livres...

17 mai (ancien calendrier) / 30 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 105424

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR Tropaire de la fête, ton 4 Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promes...

30 mai Vivre avec l'Église 105422

30 mai Saint Isaac, abbé en Dalmatie, confesseur (406) ; saint Maugille, ermite en Picardie (vers 685); saint Hubert, évêque de Tongres et Maastric...

Le Mont Athos sera rouvert le 1er juin aux pèlerins À la Une 173078

Conformément à la décision de la Sainte Communauté du Mont Athos ne seront délivrés que des permis (diamonitirion) spéciaux, au nombre maximum de 1...

Novak Djoković fait don de plus de 5 millions d’euros au système de santé publique serbe et aux o... À la Une 173090

Novak Djoković, la star du tennis serbe, a fait un don considérable pour aider les personnes souffrantes dans son pays natal en cette période de pa...

Déclaration de l’Église orthodoxe de Crète au sujet de l’eucharistie À la Une 173084

En date du 27 mai, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Crète a publié la déclaration suivante sur la sainte communion et le mode de son admini...