1er AVRIL
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

1er AVRIL

Grand Carême. Sainte Marie l’Égyptienne, ascète (522) ; saint juste Achaz (716 avant J.-C.) ; saints martyrs Gérontios et Basilide saint Macaire, abbé du monastère de Pélécète en Bithynie, confesseur (840) ; saint Valéry, abbé-fondateur de Leuconay (619) ; saint Beherond, évêque d’Amiens (640) ; saint Leucone, évêque de Troyes (656) ; saint Dodolin, évêque de Vienne (VIIème s.) ; saint Abraham le Bulgare, thaumaturge à Vladimir (1229) ; saint Géronte des Grottes de Kiev (XIVème s.) ; saint Euthyme, archimandrite à Souzdal, thaumaturge (1404) saint Barsanuphe d’Optino 1913).

SAINT MACAIRE DE PÉLÉCÈTE

Né à Constantinople vers le milieu du VIIIème siècle, saint Macaire resta très tôt orphelin et fut élevé par son oncle qui lui proposa de se marier dès qu’il en eut l’âge. Mais le jeune garçon, ayant appris, par la méditation assidue de l’Écriture sainte, que toute joie terrestre conduit à la corruption, repoussa la proposition de son oncle et se retira près d’une église isolée, dont le prêtre lui enseigna à tenir son esprit libre de toute distraction, tendu vers les biens éternels. Il révéla finalement à son maître son désir d’embrasser la vie monastique, et celui-ci lui recommanda de se rendre au monastère de saint Jean-le-Théologien, dit du Pélécète, au Mont Olympe de Bithynie. C’est en courant, tel le cerf vers la source d’eau vive (Ps 41, 1), qu’il gagna la hauteur sur laquelle était perché le monastère. Une fois revêtu de l’Habit monastique sous le nom de Macaire, il accomplit avec zèle toutes les obédiences qu’on lui imposait, faisant l’admiration des autres frères pour ses vertus et son humilité. Après avoir assumé les fonctions de canonarque puis d’économe, à la mort de l’higoumène Marc, il fut désigné à l’unanimité pour prendre la direction de la communauté.

Dieu avait déjà montré sa faveur à l’égard de son serviteur par plusieurs miracles. Au cours d’une sécheresse persistante, il avait obtenu la pluie en organisant une procession à l’église voisine dédiée au Prophète Élie, et il avait guéri par sa prière le patrice Paul et son épouse qui, désespérant de la médecine, étaient venus en pèlerinage au monastère. Apprenant la nouvelle de ce miracle, l’impératrice Irène convoqua le saint, afin qu’il guérisse l’une de ses dames de compagnie. Durant ce séjour de Macaire à la capitale, le patriarche saint Taraise [25 fév.] confirma sa charge d’higoumène et l’ordonna prêtre. Cette dignité fut pour le saint l’occasion de s’enfoncer davantage dans l’abîme de l’humilité, en se considérant, à l’imitation du Christ, le serviteur de tous les frères.

Il passa une quinzaine d’années dans la paix, guérissant les malades et se faisant le modèle de la perfection évangélique, jusqu’au temps où Léon V l’Arménien (813-820) déclencha une nouvelle persécution contre les saintes icônes. Aux propositions de l’empereur qui lui promettait honneurs et riches donations pour son monastère, Macaire répondit : « Les honneurs et les richesses ne sont pour moi d’aucune valeur. Quant aux supplices endurés pour la vraie foi, c’est avec plaisir que je me soumettrai à tous ceux que tu me procureras et à bien d’autres encore. » Craignant son audacieuse confession, le tyran ne le fit pas convoquer au palais, mais ordonna de l’enfermer dans une prison et le livra aux pressions hypocrites de l’higoumène du monastère des saints Serge-et-Bacchus, qui avait embrassé le parti hérétique. Vaincu, ce dernier retourna vers l’empereur en disant qu’il serait plus facile d’ébranler la terre entière que de vaincre la résolution de Macaire. Le saint fut alors soumis à divers supplices et envoyé en exil sur le Bosphore, sans pouvoir communiquer avec ses disciples et ses amis. Pendant ce temps, les moines du Pélécète, qui s’étaient dispersés pendant un temps, se regroupèrent et, sur la recommandation de saint Théodore Stoudite, qui admirait grandement les combats de saint Macaire, ils prirent un ermite nommé Serge pour les diriger.

À la mort de Léon V (820), le saint fut libéré avec les autres confesseurs, mais ne put obtenir l’autorisation de rentrer dans son monastère. Il rendit visite au patriarche en exil, saint Nicéphore, et vécut quelque temps avec lui dans un monastère aux environs de Chalcédoine. Avec l’aide de pieux laïcs, il fonda un monastère à Chrysopolis, sur le bord de la mer, lequel attira bien vite un grand nombre de moines attachés au culte des saintes icônes.

Lors de l’avènement de Théophile (829-842), les persécutions reprirent avec une violence encore jamais atteinte et Macaire fut de nouveau convoqué à Constantinople. L’empereur essaya de le gagner par des flatteries, des promesses et des menaces, mais sans aucun succès. Il le livra alors à la fustigation et à un long séjour dans un cachot humide, presque sans nourriture. Dans la prison se trouvait un groupe d’hérétiques pauliciniens qui avaient été condamnés à mort. Ils demandèrent au saint sa bénédiction, mais celui-ci la leur refusa, en disant sans haine : « Il n’est pas possible que la lumière communique avec les ténèbres ! » Et il commença à leur prêcher la vraie foi. Un seul d’entre eux se convertit et échappa à la mort, les autres furent exécutés. Par la suite, le saint enseigna aux autres détenus iconoclastes la doctrine orthodoxe sur la vénération des saintes icônes, confirmant son enseignement par des miracles. Lorsque Théophile apprit qu’un grand nombre de prisonniers s’étaient convertis à l’Orthodoxie, il fit exiler le saint dans la petite île d’Aphousia en Propontide (mer de Marmara). De nombreux moines le suivirent dans cet exil et ils y fondèrent un monastère. Saint Macaire y accomplit de nouveaux miracles, procurant du pain aux habitants qui étaient accablés par la famine et guérissant ses moines des maladies. C’est là qu’il remit son âme au Seigneur, le 18 août 840, après avoir indiqué à ses disciples, Dorothée et Sabas, l’emplacement de son tombeau.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de sainte Marie l’Égyptienne, ton 8

En toi, vénérable Mère, la divine image se reflète exactement; * afin de lui ressembler, tu as pris ta croix et tu as suivi le Christ; * et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair, qui passe et disparaît, * pour s’occuper plutôt de l’âme, qui vit jusqu’en la mon et par delà; * c’est ainsi que ton esprit se réjouit, * sainte Marie, avec les Anges dans le ciel.

Kondakion de sainte Marie l’Égyptienne, ton 3

Celle qui d’abord s’adonna au vice et aux passions * par la pénitence devient en ce jour une épouse du Christ, * émule des Anges par son genre de vie, * destructrice des démons par les armes de la croix; * et c’est pourquoi tu apparus, ô Marie, * comme une épouse glorieuse au royaume des cieux.

Lectures bibliques

Isaïe XIV, 24-32

Or voici ce que dit le Seigneur des armées : comme Je l’ai dit, il sera fait; ce que J’ai résolu s’accomplira. Je détruirai les Assyriens sur ma terre et sur mes montagnes; et ils seront foulés aux pieds; et mon peuple sera délivré de leur joug, et leur gloire à eux sera enlevée de leurs épaules. Voilà le dessein que le Seigneur a décrété sur toute la terre, et voilà sa main levée sur toutes les nations. Et ce que le Dieu saint a décrété, qui pourra s’y opposer? Sa main levée, qui la détournera? C’est l’année où mourut le roi Achaz387 que cette parole a été prédite: ne vous réjouissez pas, ô Philistins, de ce que le joug de celui qui vous frappait a été brisé; car d’une race de serpents sortira une famille d’aspics, et de cette famille sortiront des serpents ailés. Et les pauvres seront nourris parle Seigneur; les pauvres se reposeront en paix; tandis qu’Il fera mourir de faim ta race, et détruira tes restes. Poussez des cris de douleur, portes des cités; que vos villes, ô Philistins, jettent des cris d’épouvante; car de l’aquilon vient un tourbillon de fumée, et nul ne peut y échapper. Et que répondront les rois des nations? Que le Seigneur a fondé Sion, et que par lui, les humbles de son peuple seront sauvés.

Genèse VIII, 21 – IX, 7

Et le Seigneur Dieu respira un parfum délicieux389. Et le Seigneur Dieu, ayant réfléchi, dit : Je ne veux plus maudire la terre à cause des œuvres des hommes, parce que l’esprit de l’homme, dès sa jeunesse, se complaît dans le mal. Je ne veux donc plus frapper toute chair vivante, comme je l’ai fait. Tous les jours de la terre, les semailles et la moisson, le froid et l’ardente chaleur, l’automne et le printemps, ne se reposeront jamais plus, ni jour ni nuit. Dieu bénit Noé et ses fils, et il leur dit: Croissez et multipliez, remplissez la terre et dominez sur elle390. Vous inspirerez crainte et terreur à toutes les bêtes fauves de la terre, aux oiseaux du ciel, à tout ce qui se meut sur la terre, et à tous les poissons de la mer. Je les livre à vos mains. Tout ce qui se meut et a vie vous servira d’aliment ; je vous donne de même, dans les champs, toute plante potagère. Cependant, vous ne mangerez pas de chair ayant encore le sang et la vie. Car votre sang, le sang de votre vie, je le rechercherai jusque dans les griffes des bêtes fauves, et je rechercherai la vie de l’homme jusque dans les mains de l’homme son frère. Celui qui versera le sang de l’homme, le versera au prix de son propre sang, parce que j’ai créé l’homme à l’image de Dieu. Mais croissez et multipliez, remplissez la terre, et dominez sur elle.

Proverbes XI, 19 – XII, 6

Un fils juste est né pour la vie ; ce que poursuit l’impie mène à la mort. Les voies tortueuses sont en abomination au Seigneur ; mais Il agrée tous ceux qui sont irréprochables dans leurs voies. Celui qui, dans une pensée injuste, met sa main dans la main d’autrui ne sera point impuni ; au contraire, qui sème la justice en récoltera le digne salaire. Tel est un pendant d’oreille au museau d’une truie ; telle est la beauté chez la femme sans sagesse. Le désir du juste est bon sans réserve ; l’espérance des impies périra. Il en est qui, en distribuant leurs biens, les augmentent ; il en est qui, même en s’amusant, s’appauvrissent. Toute âme simple est bénie ; l’homme irascible n’est pas honoré. Que celui qui amasse du blé le tienne en réserve pour les peuples ; la bénédiction est sur la tête de celui qui en fait part à autrui. Celui qui médite le bien cherche une grâce salvatrice ; celui qui songe au mal le recueillera pour lui- même. Celui qui se fie en sa richesse tombera ; celui qui s’attache aux choses justes fleurira. Celui qui ne s’occupe pas de sa propre maison n’aura que le vent pour héritage ; l’insensé sera le serviteur du sage. Du fruit de la justice naît l’arbre de vie ; les âmes des pervers seront emportées avant le temps. Si le juste est difficilement sauvé, que penser de l’impie et du pécheur ? Celui qui aime la discipline aime la sagesse ; celui qui hait les réprimandes est insensé. Le meilleur est celui qui a trouvé la grâce du Seigneur ; l’homme pervers tombera dans l’oubli. L’homme ne tire aucun profit de l’injustice ; les racines des justes ne seront pas arrachées. Une femme forte est une couronne pour son mari ; comme un ver qui ronge le bois, une femme malfaisante perd son mari. Les pensées des justes sont des sentences ; les impies n’ont pour se gouverner que la ruse. Les paroles des impies sont trompeuses ; la bouche des hommes droits les sauvera.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Beside an anthology on Cistercian texts, Emma Cazabonne has translated and published articles on Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She converted to Orthodoxy in 2008. Her husband is an Orthodox priest. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Le Patriarcat œcuménique rejette les accusations selon lesquelles il aurait reçu des « compensati... À la Une 111961

Le directeur du service de presse et de communication du Patriarcat œcuménique, Nikos Papachristou, a publié le communiqué suivant : « Les allégati...

Le Premier ministre grec à l’archevêque d’Athènes : « J’espère une collaboration substantielle av... À la Une 111957

Une rencontre de l’archevêque Jérôme d’Athènes avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a eu lieu le 16 juillet, au palais Maximou.

Une icône de la Mère de Dieu exsude une huile parfumée dans la région de Lvov (Ukraine) Actualités 111940

Le 9 juillet, jour de la commémoration de l’icône miraculeuse de Lvov de la Mère de Dieu « qui pleure », une copie de cette icône, en l’église Sain...

Pour la septième fois, le cimetière orthodoxe serbe de Lipljan (Kosovo) a été profané À la Une 111936

Pour la septième fois, les tombes du cimetière orthodoxe serbe de Lipljan (Kosovo) ont été profanées. Il reste actuellement 800 habitants serbes da...

July 4 (old calendar) / July 17 (new) 111922

July 4 (old calendar) / July 17 (new) Fast St. Andrew, Archbishop of Crete (712). Ven. Andrei Rublev (14th-15th c.). Ven. Martha, mother of Ven. Si...

July 17  111920

July 17 Fast Greatmartyr Marina (Margaret) of Antioch in Pisidia (4th c.). Ven. Irenarchus, Abbot of Solovkétsky Monastery (1628). Translation of t...

4 juillet (ancien calendrier) / 17 juillet (nouveau) Vivre avec l'Église 111918

4 juillet (ancien calendrier) / 17 juillet (nouveau) Jour de jeûne Saint André, archevêque de Crète (740) ; saints martyrs Théodote et Théodota (10...

17 juillet Vivre avec l'Église 111914

17 juillet Jour de jeûne Sainte Marine (ou Marguerite), mégalomartyre à Antioche de Pisidie (IVème s.) ; saint martyr Livier (Vème s.) ; saint Irén...

The Volos Academy for Theological Studies will train theologians of the new Orthodox Church of Uk... 111911

On July 14, Patriarch Bartholomew presided the Sunday Divine Liturgy celebrated in St. George’s Patriarchal Church, at the Phanar. Faithful were pr...

In his homily, Patriarch Daniel spoke about loneliness and its remedies 111909

In his July 14th Sunday homily, Patriarch Daniel spoke about loneliness, a real disease of our century, as well as the actions we must undertake to...

Luxembourg: 90th Anniversary of ROCOR Holy Apostles Peter and Paul Parish 111906

On July 11-12, on the feast of the holy apostles Peter and Paul, festivities were held in the Orthodox parish of Luxembourg (ROCOR), to celebrate t...

« In search of Russian consciousness » 111904

We recently presented The Foundations of Russian Culture, a book by Father Alexander Schmemann. The French daily La Croix has published a review by...