À l’occasion du 10e anniversaire de la mort du théologien orthodoxe français Olivier Clément, l’Institut Saint-Serge de Paris (où il enseigna près de 40 ans), l’ACER-MJO et la revue de théologie orthodoxe Contacts ont organisé un colloque ayant pour thème « L’œuvre théologique d’Olivier Clément (1921-2009), redécouvrir le sens de l’Église en dialogue avec le monde contemporain ».

Un colloque international consacré à l’œuvre d’Olivier Clément  (Paris, 17-18 mai 2019)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le colloque, qui s’est tenu à l’Institut Saint-Serge, 93 rue de Crimée, à Paris, les 17 et 18 mai 2019, a rassemblé 16 conférenciers issus de 6 pays et environ 80 participants pour ses six sessions thématiques de conférences. En préambule, Cyrille Sollogoub, président de l’ACER-MJO, a présenté la vie et les écrits du théologien français, rappelant son enfance languedocienne passée dans un milieu athée, puis sa découverte du Christ à l’âge de trente ans et son entrée dans l’orthodoxie, Église où il a déployé son activité théologique exceptionnelle en parallèle avec son métier de professeur d’histoire.

Durant la première session, « Revisiter les sources », le p. Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut Saint-Serge où il est professeur de Nouveau Testament, a présenté la méthode exégétique d’Olivier Clément, son rapport à l’Écriture comme critère théologique et spirituel, qui doit s’appuyer sur l’expérience de vie sous l’éclairage de l’Esprit Saint. Le p. Marc-Antoine Costa de Beauregard, docteur en théologie orthodoxe et recteur de la paroisse orthodoxe Saint-Germain-et-saint-Cloud à Louveciennes, a ensuite analysé l’introduction à la Philocalie rédigée par O. Clément, soulignant la dimension poétique et lyrique du langage du théologien comme le plus approprié pour transmettre le mystère divin et le situant ainsi dans la grande lignée des Pères philocaliques.

La seconde session, « Littérature et vie spirituelle », s’est ouverte par une analyse de Tatiana Victoroff, professeur de littérature comparée à l’université de Strasbourg, qui s’est intéressée aux livres sur Berdiaev et Soljenitsyne écrits par O. Clément, pour montrer comment le théologien a su chez ces auteurs mettre en lumière la métahistoireà l’œuvre, où prennent sens les événements historiques les plus absurdes, où la mort « devient une blessure de transcendance qui féconde profondément l’Histoire ». Jean-Claude Polet, professeur émérite de littérature à l’université de Louvain (Belgique), a ensuite montré comment O. Clément déjoue, dans son approche de la littérature, les principes traditionnels de l’herméneutique littéraire pour se situer au cœur existentiel du message. L’intervention d’Olga Lossky, auteure de romans et secrétaire de la revue Contacts, a proposé une analyse de la langue du théologien pour mettre en lumière la façon dont elle exprime la « troisième beauté », affleurement du Royaume de Dieu, présente au sein de notre réalité. Le philosophe Bertrand Vergely, enseignant la théologie morale à l’Institut Saint-Serge, a brossé le contexte philosophique dans lequel se déploie l’anthropologie d’Olivier Clément, où « ce que nous serons n’a pas encore été révélé » (1 Jn 3,2).  

Samedi 18 mai, la troisième session, consacrée à « un christianisme en dialogue » a permis d’entendre tout d’abord in absentia le texte d’Andréa Riccardi, fondateur de la communauté Sant’Egidio, qui est revenu sur le moment crucial de Mai 68 où O. Clément se met à l’écoute des revendications étudiantes, où il discerne une soif métaphysique, et où il a également l’occasion de rencontrer, à quelques mois des manifestations, la figure paternelle du patriarche Athénagoras dont la pensée va le toucher en profondeur. Le frère Richard, membre de la communauté de Taizé, a ensuite montré la grande proximité spirituelle entre Taizé et O. Clément, qui avait trouvé dans la communauté une de ses patries spirituelles et en qui celle-ci avait trouvé un ami fidèle, connaisseur de la Tradition ecclésiale ancienne. Le frère Lino, de la communauté monastique de Bose (Italie), a ensuite lu un court message en hommage à O. Clément. Puis la théologienne catholique Barbara Hallensleben, professeur de dogmatique et de théologie œcuménique à l’université de Fribourg, s’est penchée sur le livre d’O. Clément Rome autrement pour mettre en question la position du théologien orthodoxe sur la primauté romaine, suggérant que son analyse s’appuyait trop spécifiquement sur Vatican I et proposant également des perspectives pour penser la primauté dans la sphère orthodoxe.

La quatrième session, « De l’histoire du salut à la métahistoire » a permis d’entendre tout d’abord Jeremy Ingpen, diplômé de l’Institut Saint-Serge et traducteur en anglais du premier livre d’O. Clément Transfigurer le temps, qui a présenté la pensée de ce livre relative à la relation entre l’histoire des hommes et celle de Dieu : « Pour l’Église, écrit O. Clément dans Transfigurer le temps, l’ultime est déjà dans le temps. » Goran Sekulovski, professeur de patristique à l’Institut Saint-Serge et enseignant de géographie à l’INALCO, a mis en lumière la méthode patristique d’O. Clément en analysant en particulier son ouvrage majeur Sources.

L’après-midi, la cinquième session consacrée aux « Défis de la post-modernité » a débuté par l’intervention de Daniel Lossky, enseignant de religion orthodoxe dans les écoles publiques en Belgique et secrétaire de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale, qui a développé la vision de l’Église locale portée par O. Clément à travers la Fraternité dont il fut l’un des principaux fondateurs, ainsi que ses propositions canoniques concernant l’avenir de l’orthodoxie en Europe occidentale. Pantélis Kalaïtzidis, directeur de l’Académie d’études théologiques de Volos (Grèce), a pour sa part montré comment O. Clément appelle à un dialogue fécond avec la modernité et la sécularité dans laquelle il invite à discerner des germes d’Évangile. Le frère Emmanuel Pisani, dominicain enseignant l’islamologie à l’Institut Catholique de Paris, a présenté Un respect têtu, livre consacré au dialogue islamo-chrétien, co-écrit par Mohamed Talibi, penseur musulman, et le théologien orthodoxe. Montrant l’originalité de cet ouvrage et analysant son contenu, le frère Emmanuel a esquissé les nouvelles perspectives de dialogue qu’il laisse entrevoir.

La dernière session, « Vivre dans le monde le mystère de l’Église », s’est ouverte par l’intervention de la pasteure Agnès von Kirchbach, enseignante à l’ISEO, qui a proposé une relecture de la Petite boussole spirituelle pour notre temps, dernier ouvrage publié du vivant du théologien qui selon elle peut être considéré comme son testament spirituel, indiquant les grandes lignes d’une attitude de témoignage chrétien contemporain. La dernière intervention de ce colloque revint à Michel Stavrou, professeur de dogmatique à l’Institut Saint-Serge et directeur de la revue Contacts, qui a mis en lumière la théologique eucharistique développée par O. Clément, comme cœur de la vie de l’Église et centre d’où rayonne l’annonce au monde contemporain de la résurrection du Christ.

Le colloque a bénéficié de la présence continue et discrète du métropolite Joseph, qui dirige la Métropole orthodoxe roumaine en Europe occidentale et méridionale ; à l’issue du colloque il a accepté d’évoquer ses souvenirs d’ancien étudiant de l’Institut Saint-Serge assistant aux cours d’O. Clément durant lesquels, selon son témoignage, la parole vibrante du théologien finissait par devenir prière. Ce colloque a permis nombre d’échanges profonds, en plénière comme lors de discussions informelles, et a offert un moment intense et festif à la mémoire du grand théologien. Les Actes seront publiés dans une livraison à venir de la revue de théologie orthodoxe Contacts.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

L’assemblée générale extraordinaire de l’Archevêché À la Une 168188

Après son assemblée générale ordinaire, vendredi 24 janvier, l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale (plus précis...

Trailer for New St. Joseph the Hesychast Documentary with Jonathan Jackson Published Online (+vid... 168159

A documentary on one of the greatest saints of the 20th century will soon be released. In the meantime, a trailer for the film, “Elder Joseph the H...

14 janvier (ancien calendrier) / 27 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95381

14 janvier (ancien calendrier) / 27 janvier (nouveau) Clôture de la fête de la Théophanie ; Les  saints Pères martyrs au Mont Sinaï et à Raïthou, d...

Un film documentaire sur saint Joseph l’Hésychaste, produit par l’acteur Jonathan Jackson, ... À la Une 168137

Un film documentaire sur saint Joseph l’Hésychaste paraîtra prochainement aux États-Unis. Son auteur est Jonathan Jackson, un acteur, chanteur et g...

Le métropolite du Monténégro Amphiloque a reçu l’ambassadrice du Royaume-Uni Actualités 168143

Le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque a reçu, le 24 janvier 2020, Mme Alison Kemp, ambassadrice du Royaume Uni au Monténégro. Au c...

13 janvier (ancien calendrier) / 26 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95319

13 janvier (ancien calendrier) / 26 janvier (nouveau) Après-fête de la Théophanie Saints Hermile et Stratonique, martyrs à Belgrade (vers 315) ; sa...

26 janvier Vivre avec l'Église 95317

26 janvier Saint Xénophon, son épouse, sainte Marie, et leurs fils Arcade et Jean (VIème s.) ; saint Sévérien, évêque de Mende (IIIème s.) ; saints...

Un stage de chants en français aura lieu à Limours et à Louveciennes les 8 et 9 février Annonces 168126

À la demande et avec la bénédiction du métropolite Joseph (Métropole roumaine), un stage de chants en français aura lieu le samedi 8 février et le ...

L’assemblée générale ordinaire de l’Archevêché – élection de deux évêques À la Une 168114

Hier, à Paris, à l’Institut Saint-Serge, après la divine liturgie, s’est tenue l’assemblée générale ordinaire de l’Archevêc...

12 janvier (ancien calendrier) / 25 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95241

12 janvier (ancien calendrier) / 25 janvier (nouveau) Samedi après la Théophanie. Sainte martyre Tatienne et ses compagnons, martyrs à Rome (226–23...

25 janvier Vivre avec l'Église 95239

25 janvier Jour de jeûne Saint Grégoire le Théologien, archevêque de Constantinople (389) ; sainte Félicité et ses sept fils : Janvier, Félix, Phil...

Communiqué du CA de l’Union diocésaine (dans la juridiction du Patriarcat de Constantinople) À la Une 168091

Le 18 janvier, s’est tenue l’assemblée générale extraordinaire de l’Union diocésaine dans la juridiction du Patriarcat de Constan...