RessourcesL’Église protestante unie de France a consacré le premier numéro de sa nouvelle revue Ressources au thème : « Prier ensemble le Notre-Père », et a demandé à une vingtaine de repésentants des diverses confessions chrétiennes de participer à une réflexion sur différents aspects de « la prière du Seigneur ». L’un des points en débat est depuis longtemps la traduction de la 6e demande. Rompant avec la traduction œcuménique qui avait été adoptée en 1966 par les autorités catholiques, protestantes et orthodoxes – « ne nous soumets pas à la tentation » –, l’Église catholique a adopté officiellement en 2013 la traduction « ne nous laisse pas entrer en tentation », tandis que protestants et orthodoxes ont gardé jusqu’à présent la formule précédente et ne se sont pas prononcés sur cette dernière traduction, si bien que l’on peut dire qu’il n’y a plus aujourd’hui de traduction œcuménique du Notre-Père. Le comité de rédaction de la revue a interrogé Jean-Claude Larchet sur la position orthodoxe. Dans son article que nous reproduisons ici en PDF, il passe en revue toutes les traductions existantes dans le monde orthodoxe francophone, avant de proposer une solution pour la 6e demande, mais aussi pour la quatrième et la dernière demande qui posent également problème.

« Ressources. Pour une Église de témoins », n°1, Avril 2015, « Prier ensemble le Notre-Père », Éditions Olivétan (www.editions-olivetan.com – [email protected]).

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !